sezame Economie
Imprimer
Alléchés par des avantages fiscaux et fonciers, les investisseurs du Koweït, des Emirats arabes unis, du Qatar ou de Bahrein sont décidés à investir massivement au Maroc dans le tourisme et l'immobilier avec un flux financier prévu de 20 milliard de dollars.
""En Afrique du nord, le Maroc est le pays qui attire le plus les investisseurs du Golfe"", a assuré mercredi à l'AFP Essam Janahi, président du groupe bancaire bahreïni Gulf Finance House (GFH), qui vient de lancer la construction d'un site touristique à Tanger (nord) pour un montant de 600 millions de dollars.
Edifié sur 127 hectares sur le Cap Malabata, à la lisière de la Méditerranée et de l'Océan atlantique, ce complexe constituera le premier volet d'un programme qui se poursuivra par la construction d'""un village équestre"" à Marrakech (sud) sur 360 hectares pour un montant de 800 millions de dollars.
Ces deux projets devraient créer 8.000 emplois dans les deux villes.
Mardi, le roi Mohammed VI a lancé un projet d'autoroute (320 km entre Fès et Oujda) qu'un fonds koweïtien finance à hauteur de 800 millions de dollars.
Le Koweït investit aussi dans l'immobilier, un secteur en pleine expansion au Maroc avec une croissance de plus de 10%.
De leur côté, les sociétés émiraties Dubaï Holding, Dubaï International Properties et Emaar ont décidé, à elles seules, d'investir quelque douze milliards de dollars dans le tourisme et l'immobilier afin de financer des projets à Rabat, Marrakech (hôtels et résidences), Casablanca (résidences) et Tanger (hôtels et résidences).
Par ailleurs, le groupe qatari Diar a récemment acquis 220 hectares de terrain à Tanger pour y construire un complexe touristique, a déclaré à l'AFP Taoufik Zéroudoune, directeur du cabinet du Wali (super-préfet) de Tanger.
""Ce flux d'investissement est une marque de confiance pour le Maroc et le pays va continuer à oeuvrer pour développer ces investissements sources d'emplois et de croissance"", a déclaré à l'AFP mercredi un membre du gouvernement marocain.
Selon le président de la GFH, les investisseurs du Golfe se ruent sur le Maroc parce que le royaume offre ""les meilleures garanties dans une économie de marché"".
""Après les attentats du 11-Septembre, les pays du Golfe ont décidé d'investir énormément dans le monde arabe"", a expliqué M. Janahi.
""Nous avons, grâce aux revenus pétroliers, d'immenses liquidités et il est normal de les placer dans les pays arabes plutôt qu'ailleurs"", a-t-il ajouté.
A la mi-décembre, le PDG du groupe maroco-émirati Somed, Mouatassim Belghazi, avait, de son côté, affirmé que le Maroc était ""un pardis immobilier"".
Selon un récent rapport de l'Organisation arabe pour la garantie des investissements, le Maroc a recueilli en 2005 3% de la totalité des investissements arabes. (AFP)